LIBIDIFIEUR

LIBIDIFIEUR

COMMENT NOMMER ?

PROPOSER UN SYNONYME

Patch qui améliore de façon significative la libido.

Le patch diffuse des substances chimiques aux effets aphrodisiaques.

  • Il augmente le désir sexuel.
  • Il permet d’atteindre l’orgasme.
  • Il favorise la mise en phase sexuelle des partenaires.

Le libidifieur aide les hommes et les femmes à maintenir dans la durée le désir pour leur(s) partenaire(s).

NB : Le libidifieur pour après-demain vu la complexité de la sexualité. Pour l’instant, si des recherches vont dans ce sens, aucun médicament n’améliore de manière significative et conséquente la libido. Le Viagra pour les hommes provoque une érection, mais n’améliore pas le désir pour autant.

C'EST DÉJÀ DEMAIN

DES INNOVATIONS PRÉFIGURENT LE FUTUR DE L'AMOUR


Les pilules du désir

 

La quête d’aphrodisiaques est ancienne. En 1998, le Viagra révolutionne la prise en charge des troubles de l’érection masculine, en favorisant l’afflux de sang vers le pénis. Pfizer décide alors de tester sa pilule miracle sur la femme, mais c’est un échec.  Si le Viagra favorisait bien l’érection du clitoris et la lubrification vaginale, la sexualité des femmes ne s’est pas améliorée pour autant.18 ans plus tard, l’Agence américaine des médicaments autorise la commercialisation de l’Addyi, le premier médicament qui stimule la libido des femmes. Contrairement au Viagra, qui agit sur le plan physique (elle favorise l’érection) l’Addyi a une action sur les neurotransmetteurs. Le traitement n’est efficace que s’il est pris de manière quotidienne. Ce médicament initialement testé pour le traitement de la dépression a été rejeté en octobre 2009. L’agence du médicament avait estimé que les essais cliniques ne montraient pas d’amélioration de la libido statistiquement significative par rapport à un placebo. Une deuxième demande d’autorisation a été faite en 2012. Elle a été rejetée sur la base du constat d’effets secondaires non négligeables. Le médicament peut provoquer une importante chute de la tension artérielle, des nausées, de la somnolence et même des syncopes. Ces risques sont accrus et les symptômes plus sévères quand les patientes prennent certains autres médicaments ou boivent de l’alcool. Découragé, le laboratoire promoteur du médicament, Boehringer Ingelheim cède ses droits à un petit laboratoire américain, Sprout, créé pour l’occasion par Cindy et Robert Whitehead. Ce laboratoire a appuyé sa demande en effectuant une campagne de relations publiques. Baptisée Even the Score (littéralement : égaliser les chances). Ce groupe de pression a alimenté des médias avec des témoignages de femmes, a accusé la FDA de « sexisme » et convaincu des politiciennes d’intervenir au nom des droits de la femme. Un deuxième médicament, le Lybrido est un mélange de testostérone et de Viagra. Il agit sur l’excitation.

L’amour en spray

Au menu des boosters de libido, on trouve les diffuseurs de testostérone. Cette hormone est, selon les scientifiques, la clef du désir féminin et masculin.  Sa diminution provoque une baisse de la libido et de la fertilité, des troubles de l’érection, mais également un manque d’énergie musculaire et une extrême irritabilité. Le laboratoire canadien Trimel travaille sur un spray nasal à la testostérone. Une pulvérisation et ça repartirait côté libido. Le booster sera efficace pendant 6 heures. La Téfina n’est pas encore sur le marché. Procter & Gamble a développé un patch à la testostérone baptisé Intrinsa®, destiné à traiter les problèmes sexuels des femmes. En décembre 2004, un comité d’experts de la Food and Drug Administration (FDA – agence américaine du médicament) a recalé la demande de mise sur le marché, demandant plus de garanties de sécurité sur le long terme 2. Ce produit a finalement obtenu une autorisation de mise sur le marché européen en janvier 2007. Mais le manque d’études solides empêche son extension aux femmes ménopausées, et son fabricant, Procter et Gamble, jette l’éponge en 2012.

LE COIN DES EXPERTS DU FUTUR DE L'AMOUR

Idée aimable ou detestable ? A discuter !

chambre-campagne-chic-cosmonautes-2Et si 2016 était définitivement l’année de l’amour ? Aidez-nous à propulser le DICO DU FUTUR DE L’AMOUR  dans le 7e ciel !

Tremblez, Messieurs ! Demain, avec le Viagra rose et les patchs aphrodisiaques, vos femmes dragueront, noueront des relations sexuelles sans envisager de former un couple, enchaîneront les orgasmes, se régaleront devant des films pornographiques en se masturbant. Mues par un désir incompressible, elles abandonneront aspirateurs, fourneaux et raison pour vivre d’amour et de plaisir. Vous allez perdre le contrôle de vos femmes et souffrir le martyre de ne plus être leur héros !

Est-ce à cause de cette crainte que les femmes ne peuvent pas encore profiter d’un soutien dans leur baisse de désir alors que depuis des années les hommes sont aidés par pas moins que 26 pilules bleues ?

 

Lors des choix d’investissement dans des recherches, cette menace traîne certainement en filigrane.

Cela fonctionne comme si le droit des femmes à une sexualité épanouie n’est pas une priorité. En d’autres termes, il n’est pas certain que la société soit prête à accueillir la jouissance féminine.

 

Ce sexiste est bien entendu nié. Les experts justifient cette absence de traitement par la complexité de libido féminine qui est plus liée à un fonctionnement organique.   Si l’argument est juste (Le Viagra est une affaire simple, car il se contente de faire affluer du sang dans le pénis.), on peut leur rétorquer pour autant une raison pour faire l’impasse sur une aide pharmacologique pour les femmes.

 

Enfin, on comprend aussi les réticences des laboratoires pharmaceutiques à investir dans cette recherche. Si, un jour, grâce à eux, le dopage du désir masculin et féminin devient réalité, nombreux devront mettre la clef sous la porte.

 

Logique, car le dopage du plaisir sexuel soignera alors de nombreux maux liés à son annihilation. On peut rêver ! Il faudra néanmoins que leurs pilules ne conduisent pas à une addiction au sexe et à une diminution du lien émotionnel avec le partenaire.

 

DEVENEZ UN EXPERT DE L'AMOUR

CONTRIBUER

PORNOCIPATIF

PORNOCIPATIF

COMMENT NOMMER ?

PROPOSER UN SYNONYME

Financement participatif pour des objets et activités érotiques et pornographiques.

Le pornocipatif concerne toues les objets et activités.

On peut faire appel à un financement pour :

  • Des films pornographiques,
  • Des opérations de chirurgie esthétique des vedettes,
  • Des sex-toys ou objets connectés,
  • De la littérature érotique,
  • Des jeux
  • De la lingerie ou du décor que l’on va utiliser pour avoir une activité sexuelle.

 

Les contreparties proposées se situent dans le même registre.

Grâce à des sites comme Kickstarter ou KissKissBankBank, les internautes sont devenus des mécènes en finançant des projets musicaux, cinématographiques, culinaires ou sportifs. Comme ces plateformes refusent le financement du pornographique, l’industrie du sexe a créé ses propres plateformes.

PERSPECTIVE DU MOT

Le pornocipatif existe d’ores et déjà. On peut imaginer qu’en 2020, on aura un label qualité pour tous financements de produits de l’industrie du sexe. Il évitera cette production massive, vulgaire qui humilie et maltraite des femmes et des hommes.

C'EST DÉJÀ DEMAIN

DES INNOVATIONS PRÉFIGURENT LE FUTUR DE L'AMOUR


Du participatif dès la première heure

L’industrie du cinéma pornographique a toujours fait appel à son public. Il lui demande son avis sur le choix des acteurs ou les titres des films pour adapter les « œuvres » à leurs goûts. En 2010, le producteur français de film X Marc Dorcel a créé sa propre plateforme de financement participatif intitulée MyDorcel pour financer le film « Mademoiselle de Paris », qui est par la suite devenu le premier film pornographique français coproduit.

 

Je finance mon porno

Les responsables d’Extra Lunch Money, un site de vente en ligne de vidéos et photos pour adultes, a lancé Offbeatr en 2012. Offbeatr est une plateforme de crowdfunding X. Les internautes soutiennent les films et autres jeux vidéos interdits au moins de 18 ans. Les contreparties sont elles aussi réservées aux adultes.

Je finance un sex-toy

La plateforme Cum Fund Me finance tous les objets liés au sexe. Elle peut en effet financer un film pornographique tout comme une nouvelle société de sex-toys.

 

J’aide les « filles » à s’habiller

PiggyBankGirls aide des femmes qui pratiquent une activité sexuelle en ligne à obtenir de l’argent pour payer divers frais de leur vie quotidienne. En guise de contreparties, elles partagent des photos ou des vidéos sexys d’elles-mêmes. Pour l’instant, plus d’un an après le lancement de la plateforme, plus de 80 campagnes ont circulé sur celle-ci et plus de 43 300 € ont été brassés pour satisfaire plus de 8 200 membres.

 

Objectif Lune

 

Pornhub a lancé en aout 2015 une campagne de financement pour réaliser un film pornographique dans l’espace. L’objectif était de récolter 3,4 millions de dollars. La somme permettrait de faire l’acquisition du matériel nécessaire pour tourner, de combinaisons spéciales, mais surtout de places dans une navette spatiale privée. Si la collecte n’a pas abouti, elle a permis à Pornhub de se faire une jolie publicité.

 

LE COIN DES EXPERTS DU FUTUR DE L'AMOUR

Idée aimable ou detestable ? A discuter !

chambre-campagne-chic-cosmonautes-2Et si 2016 était définitivement l’année de l’amour ? Aidez-nous à propulser le DICO DU FUTUR DE L’AMOUR  dans le 7e ciel !

L’industrie du sexe n’est jamais en retard. Aujourd’hui, elle surfe sur la vague des innovations technologies et sociétales avec une aisance déconcertante.

Elle chope le principe du participatif en impliquant son public dans ses créations. Titres du film, choix des vedettes… Elle protège son tiroir-caisse en demandant leur avis de son public.

Elle s’est lancée dans une ubérisation du sexe en ouvrant des plateformes permettant aux femmes de se prostituer en ligne.

Elle récupère les principes des objets connectés pour concevoir des sex-toys qui vont augmenter ses ventes.

Elle adopte les causes environnementales en brandissant des concepts de sexe vert.

En toute logique, elle a récupéré le principe du financement participatif. Elle le décline avec créativité et performance.

Cette récupération fait grincer des dents, car elle contribue à donner une virginité à l’industrie du sexe. Sous prétexte de connivences d’usage, de mise à mal du tabou, on invite aujourd’hui ses représentants à des colloques, manifestations. On oublie alors que l’industrie du sexe développe son business sur l’humiliation, la frustration et la bestialité.

J’ai comme l’impression que si l’on ne pose pas quelques limites, on aura dans quelques années des émissions de télé-sextapes qui seront diffusés en prime time. On aura alors vraiment intérêt à planquer ses gamins.

 

DEVENEZ UN EXPERT DE L'AMOUR

CONTRIBUER

PROSTIRUSATION

PROSTIRUSATION

COMMENT NOMMER ?

PROPOSER UN SYNONYME

L’uberisation du sexe au moyen des webcams, applications et technologies.

La prostirusation est un mot qui fait le lien entre les plateformes de « camgirls » et l’application de taxi Uber. Comme pour les taxis, ces sites suppriment les intermédiaires. Grâce à des plateformes et des applications, les prostitués et leurs clients sont en relations directes. Les prostitués travaillent depuis chez eux par l’intermédiaire de webcams. Elles font des shows pour un ou plusieurs clients.

PROSPECTIVE DU MOT

À cause de la crise économique, on assiste à un boom des camgirls ou webcameuses. La prostirusation est donc actuelle. Demain, des images en 3 D, des capteurs d’émotion, de l’holographie et autres technologies permettront de continuer à vendre une sexualité virtuelle. La prostirusation a donc quelques « pires » jours devant elle. Elle pourrait même à terme se traduire par un dédain de la sexualité réelle.

C'EST DÉJÀ DEMAIN

DES INNOVATIONS PRÉFIGURENT LE FUTUR DE L'AMOUR


Des vitrines en ligne

Créées dans les années 90, les camgirls sont apparues en 2001 avec la création de LiveJasmin. La webcam porno a deux modes de fonctionnement :

Le cam-to-cam : Une fille (la plupart du temps) fait un show privé depuis chez elle devant sa Webcam. Le spectateur la rénumère entre 1 et 9 euros la minute.

 

Le freemium : Les internautes se rincent l’œil gratuitement devant des shows publics. Pour récompenser la prestation de la camgirl ou lui demander d’exécuter une action, ils misent des tokens (des jetons qui valent 10 centimes). La dame utilise parfois un sex-toy connecté. Plus, elle reçoit de tokens, plus l’objet vibre.

 

Les camgirls ou webcameuses sont des femmes de tous âges et de toutes professions. Libres de leurs horaires, elles travaillent quelques heures par mois ou à plein temps. Lors de leur inscription sur le site, elle coche les prestations qu’elles sont prêtes à faire. La camgirl reverse entre 30 et 75 % des sommes qu’elle gagne lors de ses sessions. On trouve des usines à cam en Europe de l’Est et en Amérique du Sud. Des proxénètes 2.0 font travailler des filles travaillent pendant plus d’une douzaine d’heures par jour pour un salaire dérisoire. Le marché de la camgirls est florissant. Livejasmin réalise entre 400 et 500 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Un Facebook du sexe

Des Grenoblois ont lancé Socialporn, un site spécialisé dans le réseautage adulte. Les internautes disposent d’une timeline où ils peuvent modifier leurs statuts, liker, ajouter des photos et vidéos. Si le site est gratuit, les vidéos sont payantes.

 

Une prostituée de proximité

En Allemagne, l’application Ohlala met en relation les prostituées et leurs clients. Le client (bien souvent un homme), indique ce qu’il cherche, le prix qu’il veut mettre, la durée souhaitée et l’endroit voulu. Ces informations sont envoyées aux filles qui se trouvent à proximité. Contrairement à Uber où le chauffeur le plus proche vient chercher son client, elles acceptent ou non le rendez-vous. « L’idée est de laisser le choix aux femmes de monnayer leurs charmes tout en éliminant les intermédiaires potentiels, les obligations d’agenda et tous les autres risques et contraintes avec lesquels une Escort doit composer », explique la créatrice d’Ohlala. L’application est légale à Berlin, car depuis 2002 la prostitution y est légalisée.

LE COIN DES EXPERTS DU FUTUR DE L'AMOUR

Idée aimable ou detestable ? A discuter !

chambre-campagne-chic-cosmonautes-2Et si 2016 était définitivement l’année de l’amour ? Aidez-nous à propulser le DICO DU FUTUR DE L’AMOUR  dans le 7e ciel !

Chauffeur, une prostituée !

L’ubérisation ou le processus de suppression des intermédiaires a des atouts.

Ils apparaissent avec le service Uber. L’usager bénéficie d’une bien meilleure prestation (de la simplicité de la demande au sourire du chauffeur en passant par la bouteille d’eau et le paiement en ligne) à un coût moindre. Pour la version Camgirl, l’atout client est qu’il peut assouvir ses pulsions sans sortir de chez lui et surtout sans aller traîner dans des endroits parfois sordides.

Côté professionnels, chauffeurs Uber et prostitués disposent d’un nouveau revenu. Ils peuvent aménager leurs horaires et avoir une illusion de liberté.

Le revers de la médaille ont le connaît. Chauffeurs ou prostitués sont exploités par des multinationales qui respectent peu toutes formes de législation. Côté prostitution, les proxénètes ne sont plus dans la rue à surveiller leurs demoiselles. Ils font du business et jouent avec leurs dollars dans des immeubles luxueux. En brassant des milliards de dollars avec une apparence de légalité, ils ont acquis des pouvoirs qui font trembler.

Et si demain, ils s’amusaient à vouloir jouer les maîtres du monde, on sombrerait certainement dans la vulgarité et l’exploitation humaine. Une affaire pas très réjouissante pour nos amours !

DEVENEZ UN EXPERT DE L'AMOUR

CONTRIBUER

PUPAROBE

PUPAROBE

COMMENT NOMMER ?

PROPOSER UN SYNONYME

Poupée sexuelle robotisée.

Les puparobes sont des poupées qui représentent le corps humain. Elles sont surtout utilisées pour avoir des relations sexuelles solitaires. Les puparobes sont programmables. L’utilisateur programme ses caractéristiques physiques (de la morphologie aux détails les plus intimes) et mentales (caractères, types d’émotion…). Les puparobes disposent d’une intelligence artificielle qui évolue en fonction des exigences de l’utilisateur. Elles peuvent être fabriquées par des imprimantes 3D. Prospective : En 2050, on a autant de relations sexuelles avec des puparobes qu’avec des humains.

C'EST DÉJÀ DEMAIN

DES INNOVATIONS PRÉFIGURENT LE FUTUR DE L'AMOUR

Au fil des histoires des dames de voyage

 

17e siècle : les dames de voyage

Les poupées sexuelles se nomment les « dames de voyage ». Comme les marins considèrent qu’embarquer des femmes sur un navire porte la poisse, ils trouvent une parade : ils emmènent avec eux des poupées grandeur nature fabriquées à base de tissu. Légères, malléables, les dames sont un nid à maladies vénériennes que se partagent les marins.

20e siècle : premiers modèles à gonfler

En 1908, les poupées deviennent gonflables. À base de caoutchouc et de plastique, ces poupées intègrent des prouesses technologiques comme la simulation de sécrétions vaginales ou de l’éjaculation via un tube pneumatique rempli d’huile.

Seconde Guerre mondiale : le projet Borghild

En 1940, le chef des SS, Heinrich Himmler tire la sonnette d’alarme. À force de fricoter avec des prostituées, la syphilis se répand chez les soldats allemands. Elle fait plus de victimes que les combats contre les troupes ennemies. Hitler ordonne la confection de poupées gonflables pour satisfaire les besoins de ses soldats. C’est le projet Borghild. Les prototypes sont testés par la garnison allemande en poste sur l’ile de Jersey. Face à l’insatisfaction des soldats, le projet est abandonné.

1960 et 1970 : sex shop et vente par correspondance

Les poupées gonflables font leur entrée dans les sex shops aux États-Unis et sont vendues par correspondance. La garantie de la discrétion dope les ventes.

1995 : le mouton gonflable

Love Ewe lance un mouton gonflable à usage sexuel. Jarretière rouge, bas résille, rouge à lèvres… La marque crée sa renommée.

2000 : les poupées à louer

Au Japon, on assiste au développement d’un service de location de sex dolls (avec livraison à domicile en option). On peut aussi réserver une chambre avec en bonus une poupée gonflable !

2008 : une star dans son lit

Depuis 2008, Lady Gaga, Britney Spears, Kim Kardashian, Beyoncé, Lindsay Lohan, Pamela Anderson, et même Miley Cyrus, la starlette de Disney, font partie des personnalités qui ont eu droit à leur double en silicone.

2011 : Des « loves doll » en France

Doll Story, une société lyonnaise propose des poupées en silicone d’origine japonaise. De la taille du sexe, aux poils pubiens en passant par la couleur du vernis à ongles… Ces poupées à 7000 euros sont entièrement personnalisables. Les demoiselles de silicone sont équipées d’un squelette articulé qui leur permet de tenir assises et pèsent environ 35 kilos. Les loves doll sont de plus en plus sophistiqués. Dans de futurs modèles. La peau sera chauffée. On sentira le cœur de la dame battre et verra ses paupières se fermer.

2015 : Des reproductions d’enfants

La marque japonaise Orient Doll a créé une gamme « Nano » de mannequins en silicone.   Ces poupées personnalisables possèdent un visage de fillette. Bien que leur usage sexuel soit indéniable, elles restent vendues en toute légalité et ne sont pas considérées comme des objets promouvant la pédophilie.

2017 : une poupée intelligente

L’artiste américain Matt McMullen a lancé en 1996 des poupées en silicone ultra réaliste RealDoll. Aujourd’hui, il veut leur donner vie. Il veut développer une tête « intelligente » qui sera attachée à une poupée vendue séparément. La dame aura une conversation sommaire avec son utilisateur. Elle inclinera la tête, clignera les yeux, ouvrira la bouche, tirera la langue. En résumé, elle donnera l’illusion d’exister. La tête devrait être disponible en 2017 pour la modique somme de 10 000 dollars.

2030 : L’explosion du sexe virtuel

Le futurologue Dr Ian Pearson a publié une étude sur l’avenir de l’industrie du sexe, qui met en évidence l’augmentation spectaculaire des dépenses de jouets sexuels qui représenteront plus de 1 milliard de £ (1,5 Md $) sur le marché britannique. « Le marché du sexe pourrait être sept fois plus grand en 2050, » affirme-t-il. Pour lui, les rapports sexuels ne sont que la suite technologique des relations actuelles avec des vibromasseurs. Il considère que les rapports sexuels avec les humains seront plus fréquents que les rapports avec les robots jusqu’en 2050 ! Nous sommes rassurés.

2050 : les robots se prostituent

Michelle Mars et Ian Yeoman, deux chercheurs de l’université Victoria, à Wellington (Nouvelle-Zélande), prévoient qu’en 2050, les prostituées du célèbre Quartier rouge d’Amsterdam seront remplacées par des androïdes contrôlés par la municipalité. Pas de maladie vénérienne, pas de proxénétisme, pas de culpabilité des clients : cette solution « réglerait » bien des problèmes.

LE COIN DES EXPERTS DU FUTUR DE L'AMOUR

Idée aimable ou detestable ? A discuter !
chambre-campagne-chic-cosmonautes-2Et si 2016 était définitivement l’année de l’amour ? Aidez-nous à propulser le DICO DU FUTUR DE L’AMOUR  dans le 7e ciel !

L’amour aspartam

Côté désenchantement de l’amour, les puparobes en mettent une couche. L’amour aspartam avec des édulcorants d’humain massacre toutes formes de romantisme.   Vu que les mannequins en silicone sont surtout des représentations féminines, on imagine qu’ils vont alimenter les visions machistes. La femme-objet va encore plus avoir la vedette. Avec la ressemblance de ces mannequins avec des vraies femmes, les hommes vont-ils ensuite faire la différence entre une femme et son insignifiante et inexistante copie ? Et on pâlit pour nos enfants, en constatant que des représentations d’enfants sont en libre-accès, alors qu’ils servent clairement d’objet sexuel. On peut donc légitimement craindre que les utilisateurs de ces poupées s’habituent à avoir des relations de pouvoir et des rapports violents avec ces représentations féminines.. On ajoute la cerise sur le gâteau. Ces femmes-plastique vont promouvoir des idéaux de corps totalement inaccessible. Les rides et poignées d’amour des femmes de chair et de vie seront des crimes de tue-l’amour pour la nuit des temps.   En clair, les puparobotes vont nous faire sombrer dans le monde du sordide…   Pourtant, dans ce pire, il y a aussi un peu de meilleur. On peut aussi imaginer que ces jouets apportent des onces de bonheur à des personnes qui sont seules et sont asphyxiés par la pauvreté de leurs relations.   En clair, les robots sexuels peuvent être la planche de salut pour combler un vide qui donne envie de plonger dans le néant. Ils renforceront la confiance de personnes qui ne se sentent pas la hauteur dans un monde où l’héroïsme sexuel est à l’honneur.   Ils peuvent aussi être une aubaine dans des pays comme l’Inde et la Chine où l’avortement sélectif des filles a entraîné d’énormes déséquilibres entre les sexes.   Bref entre grincements de dents et espoirs, les puparobes peuvent aussi avoir les bienfaits. Le sociologue Bernard Andrieu envisage leur avenir de manière mesuré : « Je pense qu’on va assister à une hybridation des rapports sexuels. On fera l’amour avec un peu de virtuel, un peu de robot, un peu de réel. » Alors, valsons avec critiques, humours et amours avec ces personnages fictifs.

DEVENEZ UN EXPERT DE L'AMOUR

CONTRIBUER

VERTSEXING

VERTSEXING

COMMENT NOMMER ?

PROPOSER UN SYNONYME

Utiliser des accessoires sexuels ayant le label développement durable.

On pratique le vertsexing lorsqu’on utilise :

  • Des sex-toys sans phtalates.
  • Des préservatifs en latex bio.
  • Des vibromasseurs rechargés avec des panneaux solaires ou l’énergie manuelle.
  • Des huiles de massage et des lubrifiants naturels.
  • On récupère l’énergie dépensée lors des pratiques sexuelles.

DEMAIN, est-ce que l’industrie du sexe aura à cœur de participer au sauvetage de la planète ?

C'EST DÉJÀ DEMAIN

DES INNOVATIONS PRÉFIGURENT LE FUTUR DE L'AMOUR

Préservatifs éthiques

Fabriqué avec des substances chimiques et autres dérivés du pétrole, le préservatif est un moyen de contraception historiquement non écologique. French Letter, conçoit des préservatifs éthiques.

Le latex nécessaire à la fabrication des préservatifs est un latex naturel issu de forêts indiennes gérées durablement (label FSC).

French Letter a réussi à devenir neutre en carbone. Elle a le «  CO2 Neutral ». L’entreprise travaille dans une logique de commerce équitable : les Indiens qui fournissent le caoutchouc à l’entreprise bénéficient de salaires plus élevés que les standards du marché, ainsi que de meilleures conditions de vie et de travail. À chaque commande, French Letter reverse 25 pences à une association qui s’occupe d’orphelins en Zambie.

 

Sex-toys durables

vibromasseursolaire

La marque Passage du Désir a créé des sex-toys solaires. Ses vibromasseurs sont rechargeables grâce à des mini-panneaux solaires. La marque commercialise aussi le sex-toy à manivelle qui n’utilise que l’énergie humaine.

leef

Leaf la carte écologique avec l’argumentaire suivant : un matériau en silicone sans présence de phtalates, une batterie rechargeable donc un fonctionnement sans piles à changer, un pochon de rangement fabriqué en fibres naturelles, un conditionnement en carton 100 % recyclé !

 

Recyclage des sex-toys

L’Arbre des Plaisirs est un site e-commerce qui propose des sex-toys sans phtalates. Ayant été prouvé que les phtalates sont dangereux pour la santé, le site internet a décidé de ne plus référencer des sex-toys contenant cette substance. Par ailleurs, L’Arbre des Plaisirs propose à ses clients, en partenariat avec Alter Eco, de recycler leurs sex-toys. La boutique en ligne, enfin, déclare planter un arbre à chaque sex-toy acheté.

 

 

L’énergie intime

Le site Pornhub propose le Wankband, un bracelet qui récupère l’énergie dépensée lors de la masturbation. Le principe est identique à ceux des autres chargeurs cinétiques. Des capteurs enregistrent les mouvements qui sont transformés en électricité.

AUTRES MOTS SUR LE MÊME THÈME

[catlist categorypage= »yes »]

LE COIN DES EXPERTS DU FUTUR DE L'AMOUR

Idée aimable ou detestable ? A discuter !


Trop vert pour être écolo

Avec le vertsexing, la révolution des alcôves est verte.

On ne peut qu’applaudir cette avancée. Si le marché du sexe est l’un des plus vieux du monde, c’est aussi un secteur qui a de l’avenir. En 2020, la vente des sex-toys devrait représenter une manne de 50 milliards d’euros ! On ne pourrait que regretter que l’industrie du sexe continue à polluer la planète.

De plus l’amour bio est vital, car les objets sexuels sont en contact direct avec les muqueuses. Même s’il y en va de notre santé, on constate que les pouvoirs publics ne sont pas prêts à légiférer dans ce domaine. Il n’existe ni labels, ni lignes directrices, ni interdits.

Par exemple, de nombreux sex-toys utilisent encore des phtalates. Les phtalates sont des dérivés de produits pétroliers utilisés pour assouplir et adoucir le plastique et plus particulièrement le PVC. Considérés comme nocifs, ils ont été interdits dans les jouets pour enfants. Les sex-toys n’ont pas eu le droit au même traitement.

En filigrane se dessine une idéologie qui considère que si les gens attrapent des maladies en utilisant des sex toys, c’est bien fait pour eux.

On ne trouve pas non plus de systèmes de récupération des préservatifs ou des sex-toys.

En clair, on a un peu l’impression que le sujet est trop vert pour être traité par les acteurs du développement durable.

Le dico

DEVENEZ UN EXPERT DE L'AMOUR

CONTRIBUER

DATALOVE

DATALOVE

COMMENT NOMMER ?

PROPOSER UN SYNONYME

Données numériques liées à la vie amoureuse.

Les dataloves résultent de l’enregistrement des échanges et des émotions amoureuses et des activités sexuelles.

Les enregistrements sont effectués grâce à des capteurs et des accéléromètres présents dans les smartphones ou les objets connectés (bracelets, tatouages, vibromasseurs…)

Les dataloves individuelles sont analysées et comparées aux autres. Ce traitement permet de prédire des événements amoureux comme la rencontre ou la rupture.

DEMAIN, allons-nous mesurer et analyser notre activité sexuelle ?

 

C'EST DÉJÀ DEMAIN

Des innovations préfigurent le futur de l'amour

Déjà imaginé

pplkpr  est un bracelet qui mesure vos réactions physiques lors des échanges. L’application indique si les amis avec qui vous échangez dans le monde réel comme sur Facebook, vous rendent heureux ou triste, anxieux ou calme, énervé ou stimulé. Elle agit également en envoyant des messages aux gens avec qui vous vous sentez bien et en bloquant les messages de ceux qui sont négatifs. Elle valide ou non les profils que vous vous apprêtez à ajouter à vos relations en fonction de l’apport potentiel.

Cette application parodique a été développée par deux artistes (Lauren McCarthy et Kyle McDonald) avec le soutien de la Fondation Andy Warhol pour les arts visuels.

L’amour au temps de Facebook

Les statisticiens de Facebook sont capables d’anticiper romances comme ruptures. Ayant effectué une étude portant sur la genèse d’une nouvelle relation amoureuse, ils ont constaté que, durant la phase de séduction, des signaux allant en crescendo sont envoyés avec un pic 12 jours avant l’annonce du changement de statut. Une fois la relation officialisée, on observe une augmentation générale des sentiments positifs après le jour 0 de la relation, avec une augmentation importante entre le jour 0 et le jour 1. Facebook repère donc — pas simplement parce que vous êtes passé du statut de célibataire à en couple — lorsque vous tombez amoureux.

Dans une autre étude, Adrien Friggeri, chercheur chez Facebook, a analysé le comportement d’utilisateurs sur les quatre dernières semaines de leur relation amoureuse. Il a observé une forte discontinuité au moment de la rupture, avec une hausse du nombre de messages échangés de 225 %, qui se stabilise ensuite graduellement au cours de la semaine qui suit, mais à un niveau bien supérieur à celui qui précède la rupture. Cela s’explique par le fort soutien que reçoivent les utilisateurs de la part de leurs amis pendant les périodes difficiles.

AUTRES MOTS SUR LE MÊME THÈME

[catlist categorypage= »yes »]

Les bons coups à l’analyse

spreadsheet

Spreadsheets recueille et analyse vos données au lit. Durée, fréquence des performances sexuelles… Tout est passé à la loupe jusqu’aux nombres de va-et-vient. L’application enregistre l’activité de l’utilisateur grâce aux mouvements et aux sons, captés par l’accéléromètre et le micro du téléphone.

L’application transforme l’amour en compétition. On augmente de niveau en fonction des activités réalisées : utiliser un vibromasseur ou faire l’amour pendant au moins 40 minutes vous fera gagner 50 points. D’autres challenges peuvent vous en faire gagner davantage, comme le “lazy sunday” (littéralement, “dimanche paresseux”) qui consiste à avoir 5 rapports dans la même journée.

Dans le même esprit comptable de l’amour, on trouve d’autres applications comme SexTrack ou Love Tools Pro

Garder des traces

La start-up italienne Nipple invite à enregistrer les données de sa vie sexuelle, un peu comme un jogger qui suit ses performances avant le semi-marathon de Paris. On peut surveiller l’évolution de son activité intime et garder une trace de vos ébats et de vos différents partenaires. Nipple recense, via un système de pictogrammes d’un goût parfois douteux, les caractéristiques de votre partenaire, les positions expérimentées, les accessoires utilisés, la durée de chaque coït et le nombre d’orgasmes éventuellement obtenus.

Les chiffres parlent

Dans le New York Times , un article indique que nous mentons lorsque nous parlons de nos performances sexuelles. Les hommes affirment avoir 63 rapports sexuels par an (dont 23 % avec des préservatifs) alors que les femmes n’en avouent que 55 (dont 16 % avec des préservatifs). Si c’était vrai, 2,7 milliards de capotes auraient été vendues. Or le nombre réel ne dépasse pas 600 millions. L’ensemble des données révèle que les États-Uniens n’ont pas plus de 30 relations sexuelles par an. Comme prévu, les hommes sont obsédés par la taille de leur pénis. Ils apprendront qu’ils s’en inquiètent 170 fois plus que leurs compagnes ne se préoccupent des dimensions de celui de leur(s) partenaire(s). Mieux encore, 40 % qui parlent de “douleurs” semblent le trouver… trop grand.

LE COIN DES EXPERTS DU FUTUR DE L'AMOUR


Les ébats en débat

Le quantify self ou l’analyse des données personnelles connaît un grand succès. Les amateurs de jogging et autres compulsifs de la course enregistrent leurs performances. De retour à la maison, ils ajoutent leur temps de sommeil, les calories consommées, le temps de brossage des dents. En toute logique, demain ils enregistreront leurs ébats et leurs émotions.

La mesure n’ayant pas de limites, ils peuvent mesurer le sentiment de proximité, d’intimité, de confiance avec leur partenaire… Ils peuvent compléter le package quantification avec l’humeur ressentie en la présence de l’autre. Ces éléments donneront des informations sur l’évolution de la relation. Rien de sorcier dans ce landernau. Si lorsque votre conjoint rentre à la maison, vous avez subitement le moral dans les chaussettes, on est en droit supposer que la relation bat un peu de l’aile.

Cette quantification de l’intime pose plusieurs questions.

La première est à quoi sert-elle ? Peut-elle ou non solidifier la relation  ou du moins la préserver ? Certes, dans les meilleurs des cas, l’identification d’une dégradation de la relation va permettre au couple de réagir. Mais, on peut surtout craindre que cela crée un nouveau sujet de tension dans le couple. D’autant que ces applications sont souvent créées par des hommes pour des hommes.

La deuxième est : « Ne va-t-on pas supprimer le plaisir et le désir en transformant l’activité sexuelle en compétition sportive ? La quantification personnelle a ses écueils. Aujourd’hui, nous ne passons plus une bonne ou mauvaise nuit, mais nous échouons (ou pas) a dormir nos 7,36 heures avec 34 % de sommeil calme.

Nous ne déjeunons plus entre amis, mais absorbons 1 077 calories pour rester en dessous de 2000 calories par jour. Nous ne faisons plus du sport pour nous dépenser, mais nous essayons d’obtenir ces fameux 10 000 pas par jour. Dans le même esprit, on ne fera plus l’amour, mais on jouira au bout de 8 minutes 28 soit 17 secondes de plus que sa moyenne. Un décompte qui, avouons-le, risque de casser un peu l’ambiance !

Est-ce que informations chiffrées aideront au moins à prévoir l’évolution de l’amour ? Il faudrait pour cela qu’il y ait de la rationalité dans les sentiments. De plus, limiter les comportements humains à venir à une simple probabilité en fonction des expériences passées est, en soi, assez réducteur. Cela consiste à aller de l’avant en marche arrière en regardant dans le rétroviseur.

En clair, vu l’enthousiasme du Dico pour la quantification amoureuse, ses défenseurs sont appelés à apporter la contradiction.

Le dico

DEVENEZ UN EXPERT DE L'AMOUR

CONTRIBUER