COMMENT NOMMER ?

Choisir son partenaire en fonction de son odeur

Le choix s’effectue à partir de vêtements portés plusieurs jours par une personne.
Le principe de l’odamourage (substantif d’odamourer) est de revaloriser l’odorat fort utilisé par les animaux, mais peu par les humains.

Odamourer s’apprend. Il faut renifler un bon nombre d’effluves humaines avant de sélectionner celles qui titillent amoureusement nos narines.

DEMAIN, est-ce qu’on rencontrera son partenaire en sentant son odeur ?

C'EST DÉJÀ DEMAIN

DES INNOVATIONS PRÉFIGURENT LE FUTUR DE L'AMOUR

Phéromone Party

À Londres, Los Angeles, Auckland, Paris, on apporte son linge sale en soirée, on se renifle, et on choisit son partenaire par attraction olfactive. Il faut apporter dans une pochette zippée un tee-shirt avec lequel on a dormi pendant au moins trois nuits. Lors de la soirée, les pochettes sont numérotées. Chacun est ensuite invité à renifler les pochettes sur la grande table des tee-shirts.

Des parfums aux phéromones

Phiero propose des parfums aux phéromones qui « facilitent l´attraction, la séduction et l´augmentation de l´attractivité », dixit la publicité. À vous d’essayer… ou pas.

Un sens ignoré

Une étude menée par l’agence américaine de communication McCann auprès de plus de 7 000 jeunes a révélé que la moitié préférerait renoncer à ce sens plutôt qu’à son appartenance à un réseau social en ligne. Nos compétences olfactives sont jugées secondaires. Tant qu’elles ne sont pas pestilentielles, les odeurs nous sont souvent indifférentes. De même, nous parvenons bien plus facilement à identifier un son ou une image qu’à mettre un nom sur une fragrance et à déterminer
sa provenance.

Étude « phéronomale »

Les phéromones sont des substances chimiques déclenchant une réaction, sociale ou comportementale. Claus Wedekind, biologiste à l’Université de Berne, a mené des recherches montrant que les humaines en secrètent. Il a invité des étudiantes à juger et à classer l’odeur des tee-shirts de participants masculins. En étudiant le complexe majeur d’histocompatibilité (CMH), l’étude a révélé que les femmes préféraient l’odeur des vêtements des hommes ayant un système immunitaire très différent du leur. Ce résultat étant encourageant en termes d’évolution, le biologiste a conclu que les humains ont développé une capacité à « flairer » le bon partenaire.

La sueur de la peur

Les chercheurs de l’Université de Kiel, en Allemagne, ont démontré que l’odeur de la sueur prélevée sur des étudiants attendant anxieusement les résultats de leurs examens pouvait avoir un impact sur d’autres étudiants, alors que la transpiration dégagée pendant une activité sportive n’en avait aucun. Ces éléments ont conduit les auteurs à déclarer que, chez les humains comme chez les animaux, la capacité à détecter « l’odeur des phéromones d’alerte présente probablement des avantages en termes d’évolution ».

En 2008 par Lilianne Mujica-Parodi, de la Stony Brook University de New York, a récolté la sueur de volontaires pendant un saut en parachute, situation stressante par excellence, et celle produite lors d’un exercice physique sur un tapis de course. D’autres volontaires ont été soumis aux premiers échantillons dans une IRM fonctionnelle. Les chercheurs ont alors constaté une activation de l’amygdale, la région du cerveau impliquée dans les émotions. Les seconds échantillons n’avaient pas cet effet.

AUTRES MOTS SUR LE MÊME THÈME

[catlist categorypage= »yes »]

LE COIN DES EXPERTS DU FUTUR DE L'AMOUR

Idée aimable ou detestable ? A discuter !


Je te sens bien !

Les phéromones sont des produits chimiques émis par un membre d’une espèce ayant des effets sur les autres membres de la même espèce, en altérant ses hormones ou en le contraignant à changer ses habitudes. Par exemple, lorsqu’un ver à soie femelle cherche son mâle, elle émet, avec sa glande abdominale, un produit chimique appelé bombykol, qui transforme sa cible en esclave sexuel et le pousse à suivre son odeur jusqu’à ce qu’il s’accouple avec elle.
Manque de chance (pour cet aspect des choses), les humaines ne sont pas des insectes ! Toutes les études le confirment, si nous émettons des odeurs, elles n’entrainent pas une réponse systématique.
Pour autant, rien n’interdit de penser que les milliers d’odeurs que notre corps secrète et diffuse dans l’air sont des messages subliminaux qui peuvent attirer les uns ou repousser les autres.
À partir de là pourquoi ne pas aller respirer l’autre et voir si on l’a ou pas dans le nez. Il n’en demeure pas moins que si l’on commence une relation en mettant son nez dans son linge sale, on risque rapidement de ne pas bien le sentir.

 

DEVENEZ UN EXPERT DE L'AMOUR